Cabinet Médical Pleudihen

Dr Mathilde GUERIN -Spécialiste en Médecine Générale

PrévaRance Un programme de prévention pilote sur le pays de Dinan

PrévaRance Un programme de prévention pilote sur le pays de Dinan      
Accidents CARDIO-vasculaires : 1000 cas visés
affiche1.jpg

Dinan choisie comme zone pilote de dépistage des accidents CARDIO-vasculaires : le programme innovant auquel collabore une cinquantaine de professionnels de santé a déjà permis de dépister 300 personnes EN six mois..


Un millier de personnes à dépister sur un an. En six mois, 300 l’ont déjà été, révélant l’existence de 17% de sujets à hauts risques... Ce résultat est le fruit du réseau RivaRance, d’abord né CardioRance avant d’être étendu à la diabétologie, la neurologie et la nephrologie.

Constitué de 163 adhérents sur le pays de Dinan, Dinard et St Malo, ils forment un réseau dynamique, qui a permis de les distinguer parmi plusieurs autres candidates à l’expérience : Brest et Rennes.
 Et c’est Dinan qui a été retenue.

Au sein du comité de pilotage de l’initiative deux médecins généralistes, deux infirmières libérales, deux pharmaciens et une diététicienne : Gérard Hamonic, Benoît Camberlein, Marie-Jeanne Doucet, Denise Prié, Gildas Morvan, Claire Marjorie et Marie-Hélène Le Gueut.

L’assurance Maladie a ainsi dégagé des budgets pour que le réseau puisse mener à bien l’expérience sur un an.

Elle a débuté le 1er novembre 2006, et courra donc jusqu’au 1er novembre 2007.

«Mais comme un patient pourra encore être diagnostiqué la veille, et que le suivi dure un an, on peut donc parler de fin réelle du programme fin octobre 2008».


L’enjeu ? Dépister plus précocement les sujets à risques cardio-vasculaires et optimiser la prise en charge des personnes concernées par de très hauts risques.


Un public est visé, chez qui l’on considère les risques potentiels : « les hommes âgés de plus de 50 ans, et les femmes de plus de 60 ans », informe Gérard Hamonic, médecin généraliste à Pleudihen et coordinateur du projet. Le ciblage a été calculé sur quatre ans.

Sont ainsi plus particulièrement ciblés les hommes nés entre le 1er novembre 1952 et le 1er novembre 1956, et les femmes nées entre le 1er novembre 1942 et le 1er novembre 1946.

Sachant qu’une série de critères sont encore à prendre en compte : certains antécédents familiaux, le tabac, l’hypertension artérielle, le diabète et les troubles du cholestérol pour les facteurs de risques majeurs, et aussi : la sédentarité, le surpoids et l’alcool.

Le médecin généraliste, mais aussi un pharmacien ou autre professionnel de santé peut déceler une association de ces critères.
Que se passe t-il si l’on se retrouve concerné par le profil ?
« On se voit remettre par son médecin un « contrat », un classeur afin d’élaborer la solution la plus adaptée au cas de chacun ».
Un suivi est alors proposé et ce sur un an, par le biais d’une infirmière et une prise en charge multidisciplinaire.

A l’issue du programme, une analyse des résultats de celui-ci va être faite par le réseau et plusieurs étudiants dans le cadre de thèses. Afin d’étudier son utilité, et pourquoi pas, de l’étendre ailleurs..
    Virginie DAVID  Petit Bleu
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :